Saint Etienne des Sorts

Gard Provençal :: page d'accueil
Chercher:
Villes et villages
 Découvrir les pays du Gard Provençal ::
  EN COTES DU RHONE ::
Saint Etienne des Sorts
De la Cèze à l'ArdècheEn Côtes du RhôneBasses CévennesEn passant le pont d'AvignonAutour du Pont du GardUzègeVal de Tave
 Cliquer pour visiter ville,  village ou monument :: Moulin de Vénéjan Site de Gicon Pont Saint Esprit Bagnols sur Cèze Carsan Saint Alexandre Saint Nazaire Vénéjan Saint Etienne des Sorts Chusclan Codolet Orsan
 
 Saint Etienne des Sorts dans
  les autres rubriques ::

Saint Etienne des Sorts

Saint Etienne des Sorts
Saint Etienne des Sorts
Mairie :: 04 66 79 26 06
   
 
Notre village, situé sur les bords du Rhône, au nord de Codolet et de Chusclan et au sud du Pont Saint Esprit, possède un territoire des plus montagneux.

L'admirable position de ses collines devait fatalement séduire les premiers hommes qui vinrent se fixer dans la région, et de fait on y a relevé quelques vestiges des temps préhistoriques. Il continua à être habité, et à l'époque romane, il posséda au moins deux édifices religieux : l'église paroissiale sur la rive du Rhône et la chapelle de Saint Pierre sur le sommet de la montagne voisine
 
patrimoine Eglise paroissiale de Saint-Etienne : il n'existe, à notre connaissance, pas de documents anciens sur ce monument, et tout ce qu'il est permis de dire à son sujet, c'est qu'il était le siège d'un prieuré clunisien, dépendant de celui de Piolenc.

Chapelle de Saint Pierre : elle se trouve à quelque trois cents mètres au nord du village de Saint-Etienne-des-Sorts et sur le sommet d'une colline aux pentes raides, plongeant presque dans le Rhône.
historique Les stéphanois et le Rhône :

Les compoix de Saint-Etienne-des-Sorts mentionnent de nombreux mariniers , occupés au transport des marchandises et matériaux sur le Rhône. Les Stéphanois s'étaient spécialisés dans la conduite des bateaux relativement petits, appelés "sapines". Trois mariniers, quatre au plus, suffisaient à leur manoeuvre. Deux chevaux pouvaient les remonter sans trop de peine. Ils transportaient des fûts d'arbres et de peupliers jusqu'aux scieries d'Avignon, des pierres extraites des carrières pour être employées au revêtement des bords du fleuve avec une apogée de 1878 à1883.

A cette époque on fit les travaux d'enrochement du Rhône afin de le canaliser. Cinq cents ouvriers étaient occupés à l'extraction, au charroi des carrières au Rhône et au transport par eau des pierres destinées à la construction des digues : Une vingtaine de sapines portaient chacune en moyenne 30 ml de pierre, toutes commandées par des "Patrons" du pays, partaient chaque jour des ports de Saint-Etienne-des-Sorts pour vider leur chargement jusqu'à Avignon.

Il n'y a pas un revêtement, pas un barrage, pas une digue au bord du Rhône, de Pont Saint Esprit à Avignon, auxquels les mariniers de Saint-Etienne-des-Sorts n'aient coopéré. La dernière sapine qui circula sur le Rhône périt de vétusté en 1912. Entre temps, ces barques avaient été remplacées par des pontons beaucoup plus grands, remorqués par des "toueurs" actionnés par des machines à vapeur. Les travaux du Rhône s'étant considérablement ralentis, les ressources ont subi ce ralentissement d'activité. La population qui était de 1000 habitant en 1880, chuta progressivement à 311 habitant en 1931.

Désormais, la Compagnie Générale de Navigation recrute les meilleurs mariniers à Saint-Etienne-des-Sorts qui deviennent tous, les meilleurs capitaines de remorqueurs